Journal d'une hypersensible

Fragments d’automne

Vouloir apprécier les jours sans toutefois toujours y parvenir // Parce qu’on subit de plus en plus cette vie parisienne qui enlaidit tout // Parce qu’on voudrait que tout soit doux et pourtant cela ne l’est pas // Il y a ces mots “Maman, je te suis partout parce que je t’aime ” et ceux-là “Maman je vais t’enterrer sous terre et tu seras morte” // Il y a les cris (beaucoup) // Il y a les amis trop loin et qu’on ne voit pas assez // Il y a ce sentiment d’être dépassé // Il y a l’absence // Il y la culpabilité// Il y a les angoisses et la peur // Il y a la peine, jamais loin, et qu’on aimerait tant savoir chasser // Il y a les livres de la rentrée littéraire dont si peu m’ont touchée (suis-je devenue insensible ? tellement peu de livres arrivent à me laisser une empreinte forte, nombreux sont ceux qui me lassent) // Il y a la musique de Villagers qui elle me touche //

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *