Littérature française

Trancher d’Amélie Cordonnier #68premièresfois

4ème lecture pour les 68 premières fois.ande tension évidemment, celle liée à la violence de l’homme et celle de cette femme qui subit, qui doute, qui ne comprend pas, qui refuse.

Les mots sont justes, on y voit la culpabilité et la souffrance de l’homme qui essaye de se soigner sans succès, les doutes de cette femme partagée entre amour et haine et sa souffrance également. On prend parti pour elle évidemment et on espère qu’elle trouve la force de partir mais on comprend aussi ses doutes.

Ce roman réussit parfaitement à nous montrer la violence conjugale de l’intérieur, de façon intime.

“Les bleus, tu les avais à l’âme. Et l’avantage qu’ils ont sur ceux du corps, c’est qu’on n’a pas besoin de les planquer. Sauf que si personne ne les voit, toi tu les sens.”

“La mort dans l’âme, tu t’étais couchée à ton tour. Tu t’étais dit que ce n’était pas qu’une expression. On ne meurt pas sous le coup des mots, aussi violents soient-ils. Le trou dans le plexus, les morsures, les lames et les aiguilles qui meurtrissent ta chair n’étaient que métaphoriques. “

 

68 premières fois

68-2017

La sélection :

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *