and More

Le temps pour soi, cette denrée rare et précieuse

Je rêve de temps. De temps pour ne rien faire, pour rêver, pour contempler, du temps pour respirer, de temps pour observer le monde, pour lire, dessiner, écouter.

Je rêve de ne plus avoir à compter le temps, les heures de travail qu’on badge 4 fois par jour, le temps passé et perdu dans les transports, les horaires d’école à respecter, le rythme de l’enfant qu’il faut respecter, le temps long qu’il faut passer au travail, celui quil faut accorder aux taches du quotidien et le temps si maigre qu’il reste pour le plaisir, la liberté, la légèreté.

Je rêve de solitude, de silence. Je rêve d’apéros dans les bars à refaire le monde sans compter le temps. Je rêve de musique forte. Je rêve de marcher dans Paris sans but, sans contraintes. Je rêve de prendre le temps de prendre une douche dans être dérangée. Je rêve de ne pas jouer aux Playmobil. Je rêve de ne pas avoir à penser aux repas à préparer.

Je ne rêve pas à ma vie d’avant à laquelle il manquait l’enfance gaie, joyeuse et bruyante. Je rêve juste d’un peu de temps rien que pour moi. D’un espace rien qu’à moi.

(On peut bien sûr être mère et avoir du temps pour soi j’en suis quasi sûre. Mais je ne connais pas ça parce que j’ai un enfant qui dort très peu, qui ne joue jamais seul, qui demande un besoin de stimulation et de réassurance permanent et que je n’ai pas encore trouvé comment y répondre sans m’épuiser et me perdre. J’y travaille.)

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *