BD du mercredi,  Livre graphique/BD

Perfect World de Rie Aruga #mercrediBD

Commençons cette nouvelle année bloguesque par un manga. Un genre que je lis assez peu au final. Surtout parce que je n’aime pas les séries. Et puis mon mangaka préféré reste Taniguchi. Bref je suis exigeante !

Heureusement qu’il y a mon beau frère un spécialiste du manga pour me faire découvrir quelques pépites. En voici une avec Perfect world. qui pour le coup est une série (que je ne lirai peut être pas en son entier d’ailleurs), 10 tomes sont parus déjà.

Ce manga est donc un josei (manga à destination d’un lectorat féminin adulte). Ces mangas sont d’ordinaire des romances classiques. ici il s’agit bien d’une romance assez classique sur le fond mais qui met en scène un personnage en fauteuil roulant et c’est bien là toute la différence.

C’est l’histoire de Tsugumi, décoratrice d’intérieur, qui retrouve Ayukawa, son amour de lycée, devenu architecte et tétraplégique suite à un accident.

Perfect World - tome 1

Le premier tome met en scène les sentiments naissants de la jeune femme ainsi que ses doutes. La mangaka sait très justement nous faire partager ses interrogations, ses doutes et ses peurs. On voit qu’elle s’est beaucoup documentée sur le sujet pour en parler le plus justement possible.

Elle n’épargne pas les réalités liées au handicap : les problèmes de santé, les infections, les escarres, les hospitalisations, mais aussi les problèmes liés à la société : la solitude, le monde du travail.

Le dessin est tout en délicatesse et subtilité.

On se rend bien compte aussi de la difficulté du quotidien des handicapés de leur lutte pour essayer de vivre normalement. Le héros a réussi à devenir architecte mais il doit redoubler d’efforts pour être reconnu par ses pairs. De même il repousse Tsugumi car il ne veut pas représenter un fardeau pour elle.

Le 1er tome se clôt alors que les deux personnages sont fini par se déclarer leurs sentiments. et ça donne envie d’en savoir plus sur la suite.

Ce manga a été adapté en série et au cinéma. Et mon exemplaire à moi est dédicacé et comme ça vous saurez comment on, écrit Delphine en japonais

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *