Littérature française

Le front russe – Jean-Claude Lalumière

Voici un livre qui a soulevé un bel enthousiasme lors de la rentrée littéraire, et je ne comprend absolument pas pourquoi. C’est pour moi un ramassis de clichés et poncifs, c’est censé être drôle et j’ai trouvé ça d’une tristesse terrible…

L’histoire d’un homme médiocre, qui rêve d’une vie pas médiocre.

On suit les tribulations du narrateur qui, devenu fonctionnaire, entre au Ministère des affaires étrangères avec l’espoir de voyager. De mésaventures en déconvenues, il va vite déchanter.

On est censé rire à ses dépends, malheureusement l’auteur accumule les clichés sur l’administration, les secrétaires des administrations (qui lisent des magazines féminins), les photocopieuses (des administrations), les voyages organisés et j’en passe… J’ai trouvé tout cela lourd et sans intérêt aucun. Cela n’a fait que souligner le côté pathétique du narrateur qui au final apparait complètement désespéré.

Un livre tout à fait dispensable à mon avis.

J’attends de savoir ce qu’en ont pensé les membres du club de lecture PLEA car c’était la lecture commune du mois. Je crois que le non enthousiasme est  partagé.

L’avis enthousiaste de Madimado

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

12 réflexions au sujet de « Le front russe – Jean-Claude Lalumière »

  1. Ah ! quelqu’un qui n’a pas aimé ! C’est rassurant, c’était louche qu’un livre aussi improbable fasse l’unanimité.
    J’avoue que la raison majeure pour laquelle j’ai aimé (malgré quelques faiblesses de construction et un humour particulier, admettons-le), c’est que j’ai croisé dans l’administration des clichés ambulants bien pire que ceux qu’il décrit ! Du coup, je suis bon public sur le sujet, j’aime bien savoir que je ne suis pas la seule à avoir connue de tels déboires…

      1. Heureusement qu’il n’y a pas que des boulets ! il y a des administrations pleines de gens très compétents mais là c’est le propre même du genre de forcer le trait et de choisir ce qui peut prêter à rire, quitte à tomber dans le cliché. C’est le pendant littéraire de la farce au théâtre : pas toujours dans la finesse.

  2. Pas lu et maintenant, après mise en balance des critiques, il attendra dans ma LAL…
    Avec Gatsby, tu vas defaillir, si ce n’est déjà fait. Je ne le retrouve plus dans ma biblio, si je le trouuuve a la bibliothèque pathétique de mon village (ils n’ont pas UN SEUL Gary, t’imagines ?), je relirai volontiers ce cher Scotty ! Bon ouiquende a toi !

  3. Pourquoi mes commentaires ne passent-y plus non plus ? C’est désespérant ! Bon je répète : le Front Russe attendra… Et je disais que Gatsby allait te faire defaillir, si ce n’est déjà fait ! Bon ouikende avec Scotty !

  4. Bonsoir,

    en visitant votre blog, j’ai vu que vous vous intéressez au milieu littéraire. Je me permets donc de vous parler du Hangar, qui est un site littéraire qui publie régulièrement des chroniques littéraires et artistiques ainsi que des créations d’internautes.
    Par ailleurs, en ce moment, le site organise un concours avec pour thème La Naissance : pour y participer il suffit d’envoyer un texte (poésie, théâtre, nouvelle, etc.) ou une oeuvre picturale (photographie, peinture, BD, dessin, etc.) jusqu’au 28 décembre via le formulaire de contact du site ou bien à l’adresse mail suivante : contact@le-hangar.com

    Nous vous attendons donc sur http://le-hangar.com/

    Hazel, du Hangar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *