Inclassable

Passeuse de livres

J’ai du mal à me considérer comme une vraie bibliothécaire (Coucou le syndrome de l’imposture). Parce que depuis que je suis effectivement bibliothécaire, je n’ai exercé en bibliothèque de lecture publique que 2 ans environ (sinon j’ai été en bibliothèque universitaire, j’ai travaillé pour un futur projet de bibliothèque et je bosse pour les services centraux des bibliothèques parisiennes depuis 4 ans). Par contre je me considère et ce depuis très longtemps et à part entière comme passeuse de livre.

Partager (vive les clubs de lecture et notamment le club des lectrices), faire aimer, faire découvrir des mots, un style, un auteur, un univers, tout particulièrement un petit auteur (vive les 68 premières fois), un petit éditeur engagé, un illustrateur, ou des mots. Toujours les mots.

Ceux qui meuvent, ceux qui sauvent, de nous mêmes ou des autres, ceux qui touchent, ceux qui nous remuent voire nous retournent, ceux qui nous éblouissent par leur beauté, leur intelligence ou leur sens. Ceux qui nous bouleversent et qu’on a envie tout de suite de partager avec la terre entière, ceux qu’on chérit et qu’on a envie de ne garder que pour soi, un peu comme un trésor, ceux qui nous lient aux autres.

Ce que j’aime en ce moment, c’est ramener le plus de livres possibles à mon fils pour qu’il s’en nourrisse, c’est envoyer des colis à mes neveux, c’est dénicher des livres d’occasion à envoyer au fils de E., grand dévorateur de livres (et recevoir ses fiches de lectures par retour de courrier ♡), c’est parler de Romain Gary encore et toujours avec É., c’est échanger sur mes lectures avec V., c’est parler des si beaux albums que je découvre notamment grâce aux bibliothèques ici et sur instagram, c’est aller au salon de Montreuil et rencontrer tous ces merveilleux auteurs, c’est découvrir encore et toujours des maisons d’édition engagées, des livres qui font rêver, c’est rechercher des livres pour les amis qui me sollicitent, c’est faire des listes des livres lus, c’est repenser aux livres qui m’ont construit et voir l’impact qu’ils ont eu sur d’autres, c’est rencontrer enfin Jonathan Coe, c’est attendre chacun de ses livres, c’est repenser aux livres de Romain Gary, oui encore lui (ceux que j’aime plus que tout, ceux qu’il me reste à lire), c’est m’offrir des livres comme un cadeau précieux, c’est réaliser que les livres, même si je les ai délaissés ces derniers temps, sont centraux dans ma vie, qu’ils me définissent et que je ne peux imaginer ma vie sans eux….

Passeuse de livres encore & toujours

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *