bébé

Une naissance parmi tant d’autres

Plus de deux ans et demi après, peut-être parce que j’ai encore du mal à réaliser que je suis mère, je repense beaucoup à la naissance de mon fils. A ces heures  interminables entre sa naissance et le moment où je l’ai enfin revu et pris dans mes bras (il est né à 16h00 et je ne l’ai revu que le soir), avec ses câbles un peu partout et les sonneries stridentes alentours. Je repense à la première fois qu’il a ouvert les yeux le lendemain de sa naissance quand son père est venu le voir et lui a parlé dans sa petite couveuse.

A ces quelques jours passés en néonatalogie, aux côtés de si petits bébés qui se battaient pour vivre, j’avais le cœur qui battait à mille à l’heure, parce que je venais de donner la vie, parce que mon petit un peu trop petit avait eu une arrivée très mouvementée et aussi parce que je voyais ces minuscules petits êtres et leurs parents et les soignants si pleins de douceur lorsqu’ils faisaient les soins. J’ai été totalement en admiration devant le personnel qui s’occupaient de ces si petits.

Les alarmes sonnaient non stop et j’ai ressenti un profond soulagement quand on a quitté ce service (pour un service de néonatalogie “mère enfant” où les équipes ont été tellement formidables), j’ai envie de croire que ces tous petits bébés croisés vont bien….

On a eu la chance de rester très peu de temps et de vite quitter l’hôpital et de commencer notre vie à 3, avec beaucoup d’angoisses, certainement plus que lorsque la naissance s’est passée plus simplement ou facilement.

Je mesure la chance d’avoir accouché dans un endroit certes médicalisé mais où mon fils a pu être pris en charge très rapidement.

Cette arrivée violente pour lui est derrière nous mais elle reste imprimée en lui (il a gardé la marque des forceps très longtemps sur son petit crâne) et surtout en moi. On n’oublie jamais, on sait ce qu’on aurait pu perdre.

En attendant, je vais aller ranger des livres et des legos.

IMG_6060

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

11 réflexions au sujet de « Une naissance parmi tant d’autres »

  1. Même si ma fille est née sans “trop” de complications, sa première année reste la plus belle, la plus bouleversante et la plus angoissante de ma vie. Bonne année entourée de livres et légos !

  2. Holala, ça me rappelle ma rencontre avec ma fille: la neonat, l’absence pendant une nuit, la séparation, les fils, les bruits des machines… C’était dur… Moi aussi j’ai mis du temps à m’en remettre. J’avoue même être allé voir un psychiatre au bout de deux ans… Et puis, un jour je me suis dis “ce n’est pas parce que l’arrivée de tes amis est ratée que la fête est gachée. La vie c’est pareil”. Ma fille 6 ans plus tard est magnifique, décide de sa coupe de cheveux, n’en fait qu’à sa tête et est la plus jolie petite fille du monde…

  3. Je me reconnait un peu dans ton expérience!!! Le mien a 27 mois, il a gardé longtemps les marques du forceps…il était très grand, un bébé de presque 5 kilos. Il a encore une legère plagiocéfalie, qui ne se voit plus vraiment. Quant à moi, je garde encore les stigmates de cet accouchement épique dont je ne regrette rien. Il a été encroyablement fort, j’ai été encroyablement forte! Je redoute une deuxième grossesse, mais l’envie est grande…

  4. “Plus de deux ans et demi après, peut-être parce que j’ai encore du mal à réaliser que je suis mère, je repense beaucoup à la naissance de mon fils. […]
    On n’oublie jamais, on sait ce qu’on aurait pu perdre.
    En attendant, je vais aller ranger des livres et des legos.”

    Des phrases que je n’ai jamais écrites mais qui tournent souvent dans ma tête. Merci pour ces mots et ce bel article qui m’a émue, touchée et rassurée de ne pas être la seule à avoir du mal à réaliser, même après une année de passé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *